Présentation

« Aimer, c’est être présent » (Sylvia Ostertag)

 

 

 

 

« Saule Rieur » a été fondée en 1997 par Capucine Renard, qui en est toujours l’animatrice principale. Depuis les débuts, plus de 500 adhérents ont participé aux différentes formules de cours, stages et ateliers qui se sont succédé à Paris, Montreuil, Bagnolet, St Mandé, Sucy-en-Brie, et dans les villages de Maisoncelles, Montolivet, Mareuil-en-Dôle, Barnave et Rochessadoule.  Des formations spécifiques ont également été dispensées dans le cadre de la formation professionnelle pour les écoles de cirque Fratellini, de Bordeaux, Chatelleraut, Amiens et Lomme, ainsi que pour les compagnies Le Carillon et L’Eolienne.

Saule Rieur est une entité vivante, en mouvement. Tous ses membres sont impliqués dans une démarche d’évolution personnelle ou professionnelle, les uns plus attirés par la pratique posturale, les autres par les équilibres sur les mains, d’autres encore plus globalement engagés dans un cheminement spirituel. Certains membres ont pris en charge des responsabilités au sein de l’association. Actuellement, Henri Bruère assume la fonction de président, et Marianne Grange celle de secrétaire.

L’approche proposée à Saule Rieur est principalement celle expérimentée par Capucine, en relation avec ceux qui ont jusqu’à présent accompagné sa démarche, et plus particulièrement : Claude Victoria pour les Equilibres sur les mains, Patrick Tomatis et Philippe de Fallois pour le yoga postural dans la lignée de Nil Hahoutoff, ainsi que plusieurs élèves d’Arnaud Desjardins pour l’Enseignement de sagesse de l’Adhyâtma Yoga. Il s’agit de se connaître mieux pour se déployer de plus en plus harmonieusement et sereinement dans la vie, dans l’acceptation fluide de soi-même, des autres et de l’existence

Quels que soient les activités et outils proposés, les lignes directrices sont, depuis le début
– le partage des expériences, la convivialité, dans un esprit de compréhension mutuelle et de connaissance de soi
– l’accessibilité quels que soient les moyens financiers des participants
– l’auto-discipline, la connaissance de soi et le cheminement vers l’autonomie
– l’accueil de publics variés
– l’attention portée à chaque personne dans sa particularité, et l’individualisation de l’enseignement
– le lien avec la nature, l’alimentation et l’écologie
– les responsabilités tournantes et l’implication de ceux qui le souhaitent dans la vie de l’association
– la cohérence des contenus et l’ouverture à des démarches parallèles
– la sobriété dans les moyens utilisés